Zen meditation (EN tempo)

Dâna house

Administrateurs :

Des Mots pour la Paix - Mardi 28 octobre 2014 - Maître Olivier Reigen Wang-Genh


 

A l'occasion de la Marche de la Fraternité qui s'est déroulée le mardi 28 octobre 2014 à Strasbourg, Maître Wang-Genh, représentant des bouddhistes d'Alsace a prononcé les mots ci-dessous... Cette marche était organisée conjointement par toutes les religions d'Alsace, en signe d'unité et d'optimisme pour les temps à venir ! 

 



 

Texte allocution d’Olivier Reigen WANG-GENH,

président de la Communauté Bouddhiste d’Alsace

et

vice-président de l'Union Bouddhiste de France. 

 

Devant le Conseil de l'Europe, sur le parvis des droits de l'homme 

Mardi 28 octobre 2014.

 

" Nous sommes réunis ce soir parce que nous sommes les religions présentes en Alsace, différentes tant dans la forme que dans le fond.

Mais ce qui nous réunit est plus fort que ce qui nous différencie.

Ce qui nous réunit, c’est la même énergie, la même espérance , la même certitude que nous partageons les mêmes valeurs.

Ce qui nous réunit, c’est l’esprit religieux, cet esprit qui imprègne toutes les religions, qui en est leur ADN !

Cet esprit,  c’est celui qui pousse l’être humain à devenir meilleur, qui le pousse à exprimer ce qu’il a de meilleur, de plus élevé et qui lui permet de créer les bonnes conditions de ce qu’il est convenu aujourd’hui d‘appeler le « vivre ensemble » .

Pas seulement dans un discours ou dans un idéal, mais avant tout dans un comportement et dans des actions vis-a-vis des autres êtres vivants sur cette terre, qu’il s’agisse de la vie humaine mais aussi de la vie animale et plus simplement de la vie tout court !

Des doctrines qui professent des discours de haine, qui justifient la violence sous toutes ses formes, qui font des idéologies extrêmes leurs fond de commerce, qui pronent une vérité et qui veulent limposer aux autres par la force ne peuvent en aucun cas porter le nom de religion et encore moins se prévaloir de leur appartenance à l’une d’entre elle.

Elles sont juste l’expression de la folie, de l‘ignorance, de la colere et de l’avidité.

 

En ce qui concerne les bouddhistes, le Bouddha a toujours mis en garde contre les discours extrémistes, les positions idéologiques et l’utilisation de quelque violence que ce soit, physique, psychologique ou spirituelle, pour essayer de convaincre les autres d’une quelconque vérité.

Lorsque nous nous tournons vers le passé et regardons l’histoire récente de l’humanité, nous voyons à quel point les idéologies et les discours fanatiques et fondamentalistes sont sources de souffrances et de destructions.

Notre présence ici ce soir est plus qu’un témoignage, plus qu’un désaccord, plus qu’une désapprobation.

La présence de toutes les religions d’Alsace réunies ce soir sur le parvis de ce monument de démocracie qu’est le Conseil de l’Europe, c’est pour signifier de la manière la plus vivante possible notre totale implication dans ce refus de la barbarie et ce retour à des âges révolus.

Notre présence, c’est pour signifier à chacun des croyants et des pratiquants de nos religions que ce sera à travers les actions et les comportements de chacune et chacun d’entre nous, individuellement et collectivement, que les remèdes à tous ces poisons, pourront infuser la société humaine.

Notre présence c’est aussi pour dire que nous avons conscience que ces poisons sont présents partout, dans chacune de nos religions et que nous être vigilants face à des interprétations extrêmes.

Car les remèdes à ces poisons, ce sont la vigilance, la bienveillance, la tolérance, la non-violence, la connaissance mutuelle et la profonde certitude que l’être humain a cette aspiration naturelle à devenir meilleur.

Toutes ces valeurs que nous partagons et qui sont les remèdes à la folie humaine.

C’est en tout cas le sens et l’expression de notre présence ici ce soir. 

Je vous remercie. "